Philosophie

màj : 12 oct. 2017
yo

Sceptique ?

Dans tous les pays le système électoral et celui des partis politiques sont bien cadenassés par la classe dirigeante, notamment via le traitement médiatique sélectif (rappelez-vous comment les entreprises "d'information" ont unanimement et massivement soutenu la candidature de Macron durant les mois précédent l'élection présidentielle). Par conséquent les chances de victoire électorale de Tutmondigo sont probablement très faibles.

Et même à supposer que Tutmondigo réussissent à surmonter ces obstacles, comment un parti dont le programme et l'organisation interne sont fondés sur la démocratie directe pourrait-il participer au système représentatif sans que cela conduise inévitablement à des antagonismes qui soit rendent cette participation impossible, soit conduisent le parti à des pratiques contraires à son programme ?

Cependant, même si la possibilité d'instaurer la démocratie directe via le régime "représentatif" est fortement sujette à caution (ceci dit, sait-on jamais, peut-être l'analyse ci-dessus est-elle trop pessimiste ...), il demeure que Tutmondigo participe à :

  • développer la pratique de la DD (au sein de chaque équipe, mais aussi entre elles pour l'organisation du jeu) ;
  • médiatiser et internationaliser la révolution sur base d'un programme commun ;
  • construire les fondements d'une future Confédération mondiale des États-nations, puisque les partis Tutmondigo-pays-langue constituent de facto les cellules souches des futurs États-nations recomposés sur base linguistique (ce point très important est développé en section V.3.).

Révolution mondiale

Paul De Grauwe (professeur à la London School of Economics) :
« Les milliardaires contrôlent les entreprises, les médias et la politique, une situation dramatique pour une démocratie. Elle ne pourrait prendre fin qu'en cas de pandémie, de catastrophe, de guerre ou de révolution mondiale. Au XIVe siècle, la peste, par exemple, a provoqué une redistribution des revenus, les survivants ayant soudainement un salaire réel plus élevé. Autre exemple : en Allemagne, la Seconde Guerre mondiale a détruit les gros patrimoines, ce qui a permis de rendre le pays plus démocratique dans les années qui ont suivi » [2017, source].

La conclusion est évidente : pour éviter la guerre il faut se révolter ... mais efficacement.

Confédération mondiale

Pour éviter l'américanisation de la société mondiale - et, partant, la mondialisation des "valeurs" US : consumérisme, impérialisme, violence, ... - les États-nations ont intérêts à se recomposer en États unilingues, et à organiser leur collaboration politique, économique et culturelle sur base d'une langue confédérale construite à cet effet, et garantissant ainsi le principe de double culturalité internationale/nationale [approfondir].

Or la lectrice attentive aura compris que le principe essentiel de Tutmondigo - parti fondé uniquement sur la DD et l'AU, et organisé sous la forme d'une compétition internationale - constitue une stratégie très efficace pour poser les fondations d'une future Confédération des États-nations.

On serait donc là dans un processus fondamentalement différent de celui de l'Union européenne dont la logique conduit inévitablement à une régression :

  • économique : démantèlement des États, et partant, des services publics et entreprises publiques ;
  • politique : création d'un mastodonte politique encore plus éloigné des citoyens, et privilégiant les intérêts des grandes sociétés et des plus riches ;
  • diplomatique : dialectique confrontationnelle de l'UE qui se voit comme un moyen de "contrer" (sic) la Chine et la Russie (mais pas les USA ...), suscitant ainsi une logique de guerre froide ;
  • culturelle : uniformisation par la substitution progressive de l'anglais aux langues nationales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *